La concrétisation d’une collaboration entre Jazz à Vienne et Nuits sonores aura attendu 2017 pour se révéler. Convaincus de leur complémentarité philosophique et esthétique, au-delà des liens territoriaux, ce projet de coopération transversal et ambitieux vise à bouleverser les habitudes des publics respectifs des deux festivals et ainsi briser les codes pour créer la rencontre et susciter la mixité, auxquelles sont fortement attachés les deux voisins. Ensemble, Nuits sonores et Jazz à Vienne invitent le public à découvrir l’univers d’un artiste prestigieux dans un écrin idéal qu’est le Théâtre Antique de Vienne, pour une date assurément exceptionnelle.

Le projet Cris Sonores...

Depuis 2015, Arty Farty laisse les commandes de la programmation de son programme de jour, NS Days, à des artistes phares des cultures électroniques.

Dans la lignée des NS Days, ce projet Cris Sonores... est pensé comme un hommage au travail de Nicolas Jaar. L’artiste effectuera un vrai travail personnel et relèvera le défi de distiller ses influences, son histoire mais aussi sa vision contemporaine de la musique.

Cris Sonores curated by Nicolas Jaar prendra forme à Vienne sur un format de nuit, de 18h00 à 01h30, sublimé par l’atmosphère indescriptible du Théâtre Antique, colosse de pierres empreint de 2 000 ans d’histoire.

Evénement

https://consequenceofsound.files.wordpress.com/2016/09/nicolas-jaar1.png?w=802

18h00-19h00 : NICOLAS JAAR

(Other People / New York / Etats-Unis)
Ambient dj set

Rares sont ceux qui, à 27 ans, peuvent se targuer de posséder un CV aussi épais et d’avoir développé un niveau de perfection dans la composition et la production que Nicolas Jaar. New-yorkais aux origines chiliennes, né d’un père (Afredo Jaar) adoubé par le Guggenheim, d’une mère française, Nicolas a bien grandi depuis la parution de son premier EP “The Student” en 2008.

Lorsque les médias l’annoncent comme The Next Big Thing en 2011, suite à la sortie de son excellent premier album Space Is Only Noise, on ne peut qu’être curieux de découvrir cet ovni intemporel.

C’est bien mal connaître le garçon qui a, tout au long de sa jeune carrière, mis un point d’honneur à asseoir, à chacune de ses sorties, la légitimité de sa maturité précoce. Celui qui revendique volontiers Leonard Cohen, Aphex Twin et Dave Brubeck comme faisant partie de ses influences premières, étend un spectre musical qui traverse le jazz et la soul pour aller se loger au cœur d’une house music stellaire.

Une poignée de maxis plus tard, une escapade au sein du projet Darkside, aux côtés de Dave Harrington, réel succès aussi bien artistique, que médiatique, une bande originale pour le film Dheepan (récompensé au festival de Cannes en 2015) de Jacques Audiard et des remixes pour Brian Eno, Florence and the Machine ou encore Missy Elliott, celui pour qui la musique est “sacrée” est revenu en 2016 avec un second album, “Sirens”, œuvre contemporaine magistrale faite de chants d’oiseaux, de sonorités latines, le tout enveloppé dans une distorsion parfaitement maîtrisée et ponctué de percussions arythmiques.

 

http://elektronmusikstudion.se/images/Pan_Daijing.jpg

19h00-19h45 : PAN DAIJING

(PAN / Berlin - Allemagne) Live

Performeuse et productrice chinoise installée à Berlin, Pan Daijing délivre une musique basée sur l’improvisation et ses expériences personnelles. De son enfance au sein d’une famille chinoise conservatrice à ses explorations architecturales et physiques, on retrouve dans ses productions une brutalité d’une rare fragilité se perdant dans l’ambiance sombre d’atmosphères cinématographiques.

Après un premier EP publié sur Noisekölln Tapes en 2016, Pan Daijing vient de faire ses débuts sur Bedouin Records, label sur lequel elle a sorti son EP “A Satin Sight” , comportant ses titres à ce jour les plus dansants.

https://nyoobserver.files.wordpress.com/2016/10/13912497_1152202011504771_2621264356944511805_n.jpg?quality=80&w=459

20h45-21h30 : HELADO NEGRO

(Asthmatic Kitty / New-York - États-Unis) Live

Roberto Carlos Lange, fils d’immigré équatorien, est né et a grandi dans l’humidité et la chaleur tropicale du Sud de la Floride, où les mœurs hispaniques et nord-américains s’entremêlent dans un choc des cultures bouillonnant. Depuis Brooklyn, il chante, sous l’alias d’Helado Negro, ses racines latines, en anglais, en espagnol, usant de sa musique pour éradiquer les barrières géographiques et linguistiques.

En 2016, le neuvième album d’Helado Negro est sorti sur l’excellent label Asthmatic Kitty, fondé par Sufjan Stevens. Avec “Private Energy” , inspiré par l’affaire Michael Brown qui a secoué les États-Unis en 2014, l’artiste invite à la réflexion sur les questions d’identité et de principe moral, sur fond de pop électronique émotive et planante, se fendant par la même occasion de la belle note de 8.1 par Pitchfork. Mérité.

 

http://theyoungturks.co.uk/images/uploads/releases/amnesia-scanner-front-600px.jpg

22h30-23h30 : AMNESIA SCANNER

(Young Turks Recordings Ltd / Berlin - Allemagne) Live

Duo finlandais basé à Berlin, Amnesia Scanner est passé maître dans l’art du brouillage. Très peu d’informations filtrent sur ce « groupe » qui se décrit comme « Xperienz Designers ». Leurs productions, entre noise, techno expérimentale et bass music sont brutales et futuristes, tout comme leur imagerie qui évolue entre vidéos fantomatiques, tatouages crâniens et biohacking moléculaire.

 

http://www.the-drone.com/magazine/media/2015/07/billkouligas.jpg

19h45-20h45 : BILL KOULIGAS

(PAN / Berlin - Allemagne) Dj set

Bill Kouligas a officié au sein du groupe noise Family battle snake avant de fonder Pan, label multidisciplinaire et avant-gardiste dont les artworks impeccables se reconnaissent entre tous.

Il se décrit volontiers comme un curateur qui réunit des artistes allant de Keith Fullerton Whitman à Lee Gamble et produit une musique aux frontière du noise et de l’electronica.

Ses dernières performances explorent les relations entre genres, technologie et musique électronique.

23h10-00h00 : HVAD

(Syg Nok / Copenhague - Danemark) Hybrid set

De son vrai nom Hari Shankar Kishore, HVAD (traduction de « Quoi ? » en danois) défie la culture danoise depuis les années 2000. Habitué à déstabiliser son public en jouant avec les codes (il a joué en uniforme de policier et a usurpé l’identité de Trentemøller entre autres), sa musique inclassable est un mélange abrasif de grime, de percussions indiennes, de breakcore punjabi, et de sons métalliques en tout genre.

http://tracks.arte.tv/sites/default/files/9_show_me_the_body_c_adam_kissick.jpg

21h30-22h30 : SHOW ME THE BODY

(Letter Racer / New York - Etats-Unis) Live

Originaires de New York, Julian Cashwan Pratt, 22 ans, Harlan Steed, 21 ans et Noah Cohen-Corbett, 20 ans forment le trio de Show Me The Body en 2012. Amateurs de hip-hop et de hardcore, les New-Yorkais proposent une musique suscitant tantôt l’euphorie, tantôt la stupeur. Deux EPs auront suffi aux membres de SMTB pour se faire un nom au sein de la scène underground. Le groupe défend l’importance de l’établissement d’un lien  entre la ville où l’on vit et ce qu’y s’y crée, une belle aubaine pour ces vingtenaires qui sont tous trois originaires de l’effervescente Big Apple. D’une ville en perpétuel changement, Show Me The Body puise la matière chaotique nécessaire à une musique aux sonorités croisant punk, hardcore et hip-hop… La guitare électrique au placard, les trois sales gamins du Queens fuient les clichés, font du punk au banjo et se tapent dessus pendant leurs concerts.

 

https://consequenceofsound.files.wordpress.com/2016/09/nicolas-jaar1.png?w=802

00h00-01h10 : NICOLAS JAAR

(Other People / New York / Etats-Unis)
Live

Rares sont ceux qui, à 27 ans, peuvent se targuer de posséder un CV aussi épais et d’avoir développé un niveau de perfection dans la composition et la production que Nicolas Jaar. New-yorkais aux origines chiliennes, né d’un père (Afredo Jaar) adoubé par le Guggenheim, d’une mère française, Nicolas a bien grandi depuis la parution de son premier EP “The Student” en 2008.

Lorsque les médias l’annoncent comme The Next Big Thing en 2011, suite à la sortie de son excellent premier album Space Is Only Noise, on ne peut qu’être curieux de découvrir cet ovni intemporel.

C’est bien mal connaître le garçon qui a, tout au long de sa jeune carrière, mis un point d’honneur à asseoir, à chacune de ses sorties, la légitimité de sa maturité précoce. Celui qui revendique volontiers Leonard Cohen, Aphex Twin et Dave Brubeck comme faisant partie de ses influences premières, étend un spectre musical qui traverse le jazz et la soul pour aller se loger au cœur d’une house music stellaire.

Une poignée de maxis plus tard, une escapade au sein du projet Darkside, aux côtés de Dave Harrington, réel succès aussi bien artistique, que médiatique, une bande originale pour le film Dheepan (récompensé au festival de Cannes en 2015) de Jacques Audiard et des remixes pour Brian Eno, Florence and the Machine ou encore Missy Elliott, celui pour qui la musique est “sacrée” est revenu en 2016 avec un second album, “Sirens”, œuvre contemporaine magistrale faite de chants d’oiseaux, de sonorités latines, le tout enveloppé dans une distorsion parfaitement maîtrisée et ponctué de percussions arythmiques.

 

Achetez vos billets
tarif unique : 35 €
(tarif guichet le soir-même : 38 €)

Acheter des billets

Profitez de l'offre Train + Concert
Aller/retour Lyon-Vienne
à 40,20 €

Offre train+concert

Pour vos consommations
sur place, créez votre Pass Cashless maintenant

Je crée mon Pass Cashless